Notre école : l’Institut Supérieur d’Économie et de Management

L’ISEM est la school of economics and business de l’Université de Nice Sophia-Antipolis.


Son objectif principal est d’aider à l’insertion professionnelle de ses étudiants par le biais de formations professionnalisantes en adéquation avec les besoins de l’entreprise sans s’éloigner du
monde du savoir.

L’excellence scientifique de l’unité mixte de recherche (UNS, CNRS-GREDEG) dont fait parti l’ISEM assure la qualité des enseignements de l’établissement.

Par ailleurs, l’école, par le biais de ses abonnements, permet aux étudiants d’avoir accès à différents types de ressources en ligne (bases de données, revues en ligne, encyclopédies…).

L’ISEM prône l’ouverture à l’international par le biais d’une licence internationale, d’une formation en stratégie d’entreprise internationale et des doubles diplomation avec les universités étrangères partenaires.

Les Junior-Entrepreneurs de notre école entrent donc dans la vie active avec des atouts majeurs.

Chiffres clés


  • 2900 étudiants
  • 25% d’étudiants internationaux
  • 15 universités étrangères partenaires
  • 8 licences dont 1 profesionnelle
  • 4 masters recherche
  • 10 masters professionnels
  • 50 enseignants-chercheurs
  • 100 intervenants professionnels

La Junior-Entreprise m’a apporté le fait d’être plus professionnel autant dans les échanges écrits que oraux face aux clients, une expérience pro non négligeable, savoir gérer une équipe et élaborer une stratégie de groupe. Cela demande du temps et de l’investissement mais de mémoire, ceux qui étaient dans la Junior étaient de loin les mieux organisés et les plus réactifs en classe. Cela permet aux étudiants d’appliquer de manière concrète les cours théoriques appris en classe.

Pendant le recrutement, les employeurs sont très curieux et il est très bien vu de faire parti d’une Junior-Entreprise : cela montre la motivation de l’étudiant à apprendre et à travailler. Egalement, nous acquérons plus d’expérience, ce ne peut être qu’un plus dans la vie professionnelle.

Témoignage de Natacha Maunier, ancienne de JRC (mandat 2012-2013)